Actualité

Sortie Moudeyres

Découvrir le patrimoine du Mézenc,

Pour cette année scolaire, le collège Saint-Régis a mis en place un projet pédagogique et culturel autour du patrimoine local. Chaque niveau de classe, en relation avec les programmes, découvre les multiples richesses de notre territoire. Pour les élèves de 4e, c’est la région du Mézenc qui a fait l’objet d’un 1er cycle de visite accès sur l’histoire et l’environnement. Le village de Moudeyres et la ferme des frères Perrel ont été présentés par Annie Gentes, membre de l'association des amis de la ferme des frères Perrel. Cette association œuvre depuis des dizaines d’années pour la transmission de l’histoire de cette ferme typique du Mézenc. Elle a d’abord insisté sur le rôle majeur de René Pierre Neuville (1909-1995) qui dans les années 1960 est tombé sous le charme d’un village qui conservait encore de nombreuses habitations traditionnelles. Rénovant d’abord une chaumière appelée « Ma petite folie », il initia ensuite la construction d’un restaurant devenu célèbre « Le Pré Bossu » pour l’accueil des visiteurs. Son activité ne fut pas étrangère au choix des frères Perrel en 1974 de transmettre leur ferme à la commune de Moudeyres pour qu’elle devienne un témoignage de la vie quotidienne, des savoirs et des savoir-faire des habitants du secteur. Classé monument historique en 1977, le ferme reçoit des milliers de visiteurs chaque année. Tout au long de la déambulation, de la cuisine à la chambre en passant par l’étable et la grange, Mme Gentes a multiplié les anecdotes sur une vie simple mais rude où les objets usagés sont souvent recyclés pour de nouveaux usages, où les matériaux utilisés ont une origine locale. Une vraie leçon de développement durable ! La visite s'est poursuivie sur les pentes du mont Mézenc à la découverte cette fois-ci de la faune et de la flore locale sous la conduite de 2 guides naturalistes qui ont insisté sur la fragilité de cet éco-système notamment du fait de la fréquentation touristique et du réchauffement climatique qui n’épargne pas le toit de la Haute-Loire.